Nous sommes le
26 June 2017
claude_ridore

Elections départementales : ces mystérieux candidats du Front National

Ces visages ne vous disent certainement rien. Au mieux les avez-vous aperçus au bas de la liste présentée par Renaud Persson, candidat FN aux élections municipales de l’année dernière. Vos sens ne vous ont pas trompé : Bernard Claude et Danie-Claude Ridore, 30 ans, sont de parfaits inconnus de la politique locale. Ce sont pourtant eux que le Front National a choisi d’investir sur le canton de Chelles en vue des élections départementales de mars prochain.

Il enseigne l’éco-gestion au lycée Louis-Lumière

L’homme du duo ne vit à Chelles que depuis trois ans. A 52 ans, cet Aveyronais pur jus aborde la dernière partie d’une carrière professionnelle faite de virages à 180 degrés : longtemps gérant d’un café-restaurant, il a ensuite ouvert sa propre bijouterie. Ne se contentant pas de vendre des pierres précieuses, il s’est mis à en créer avec, au bout de quelques années, un diplôme de maître-joaillier à afficher derrière son présentoir.

Puis il a tout plaqué du jour au lendemain, pour monter une structure de formation pour adultes, avant de rejoindre l’Education nationale en tant que professeur de vente et de gestion. Un métier qu’il exerce aujourd’hui au lycée Louis-Lumière de Chelles.

« Je me suis reconnue dans le discours de Marine Le Pen »

Danie-Claude Ridore est installée à Chelles depuis encore moins longtemps. Née de parents haïtiens, elle a fait toutes ses études en Seine-et-Marne, décrochant une licence dans le commerce international. Après une petite période de chômage, la jeune femme, tout juste trentenaire, vient de se lancer dans l’accompagnement scolaire.

Le déclic FN lui vient précisément de cette période d’inactivité durant laquelle, dit-elle, elle s’est « reconnue dans le diagnostic sur l’emploi dressé par Marine Le Pen ». « J’ai compris que l’âge et à la qualification n’étaient pas les données du problème, mais davantage les questions de la délocalisation et de l’immigration », assure-t-elle.

« Des choses à améliorer dans nos crèches et maisons de retraite »

Bien qu’il y adhère depuis une quinzaine d’années, Bernard Claude n’a décidé de s’investir sérieusement dans le parti frontiste qu’en 2014, année du décès de sa mère. Il ne cache pas son émotion à l’évocation de cette période de sa vie : « Je me suis rendu compte qu’en ayant travaillé toute sa vie et en s’étant investie corps et âme dans une association, elle n’a bénéficié d’aucune assistance au moment où elle en avait besoin ».

A l’instar des deux élus FN au conseil municipal, le binôme se montre moins disert sur la politique. Tout au plus indique-t-il qu’il y a « des choses à faire pour améliorer nos crèches et nos maisons de retraite ». Quant à savoir quel programme le duo ira présenter aux électeurs, il faudra se montrer patient.