Nous sommes le
26 June 2017
brice_rabaste_commemoration

Le statut Facebook qui a mis Brice Rabaste hors de lui

Gros coup de colère pour Brice Rabaste, hier soir, en marge du barbecue des Républicains de la 10e circonscription, lorsque les membres de sa famille politique lui rapportent la teneur d’un statut publié sur Facebook. Dans ce message, Raphaël Valette, assistant parlementaire d’Emeric Bréhier (PS), brocarde le maire pour son discours tenu quelques heures auparavant pour les besoins de la commémoration du 18 juin, devant les anciens combattants et des dizaines de Chellois.

statut_facebook_valetteUn discours où l’édile s’est laissé aller, selon lui, à comparer la France gouvernée par la gauche à « l’occupation nazie ». Invité à préciser sa pensée, celui qui coordonne la communication de la section PS chelloise explique que « Brice Rabaste a fait un parallèle entre l’état du pays et l’esprit de résistance du général de Gaulle en 1940 et celle d’aujourd’hui appelant à la même résistance pour donner de l’espoir ». Il n’oublie pas de signaler au passage qu’il s’agit là d’un « sentiment personnel ».

Les commentaires grossiers du patron du PRG 77

Toute personnelle qu’elle soit, cette sortie semi-publique (le statut n’étant accessible qu’aux uniques connaissances de Raphaël Valette) a eu le don de mettre Brice Rabaste hors de lui. Des commentaires déposés au bas du même statut, comme celui de Mohammed Yenbou, président du PRG de Seine-et-Marne, caractérisant le maire d’un qualificatif peu amène, n’ont sans doute rien fait pour calmer les choses.

commentaire_facebook_valetteCe matin, le maire de Chelles, qui a exigé des « excuses publiques » au député socialiste, envisageait très sérieusement d’engager des poursuites en diffamation. « Il y a des choses qu’on ne peut pas écrire. Ce qui a été dit est très grave », fulmine l’élu LR, qui ne comprend pas comment « on peut me faire dire des choses que je n’ai jamais prononcées ».

Cet après-midi, le fameux message a disparu, son auteur ayant semble-t-il jugé préférable de l’effacer. Brice Rabaste, lui, ne décolère pas et prévient que l’affaire a été transmise à un avocat « car on ne peut pas tout dire sous prétexte d’être sur un réseau social ».

Vous pouvez vous faire votre propre opinion sur le discours de Brice Rabaste en cliquant ici.

 

 

 

Droit de réponse de Raphaël Valette :

A la lecture de l’article publié par Le Chellois, plusieurs choses sont à clarifier.

Tout d’abord, regrettant toujours que la fin du discours – républicain dans son ensemble – de M. Brice Rabaste lors de cette commémoration républicaine se voulait effectivement provocante et plus en lien avec l’actualité qu’avec la commémoration du passé, je dois reconnaître que les propos tenus étaient maladroits et qu’ils n’auraient pas dû être publiés ainsi.

Il n’a jamais été question de mettre dans la bouche de quiconque des propos qui n’ont pas été tenus mais bien de livrer un sentiment sur la manière dont ceux-ci ont été compris. La recherche du « bon mot » conduisant parfois à tomber à côté, c’est la raison qui m’a poussé, quelques heures après, à le retirer.

Toutefois, comprenant certes la surprise du Maire, ces propos ont été tenus dans un cadre strictement privé et limité aux seules personnes ayant accès à mon profil Facebook. Ainsi, quelle que soit la manière dont d’autres personnes en ont eu connaissance, ils ne constituent ni une expression publique de l’attaché parlementaire que je suis dans le cadre professionnel, ni du responsable politique que je suis dans le cadre militant.

Ne possédant aucun mandat électoral, ces propos – depuis retirés – ne peuvent être considérés comme une déclaration publique. Ils ne doivent et n’auraient dû garder que le caractère du « mauvais mot » fait entre amis, que l’on regrette par la suite.

Aussi, la publication d’éléments relevant du cadre privé, dans la presse – que je regrette – ou dans d’autres ne saurait alimenter une polémique qui n’a, suite à ce droit de réponse, plus de raison d’être.