Nous sommes le
23 August 2017
tac

Ils viennent de lancer leur propre théâtre

Ils s’étaient lancés dans l’aventure, il y a dix ans, pour aider les jeunes comédiens à émerger. Anna Illamola et Philippe Douat, les fondateurs du théâtre alternatif de Chelles (TAC), ont aujourd’hui réalisé leur rêve. Samedi, ils ont ouvert pour la première leur structure au public – près de 150 personnes – profitant de l’occasion pour offrir un avant-goût de ce qui attend celui-ci au cours des prochains mois grâce à la participation de plusieurs compagnies amateurs.

Le lieu n’était au départ qu’une simple salle de danse, achetée à un particulier afin de leur permettre de donner leurs propres cours. Grâce à des prêts contractés auprès de proches et l’apport de subventions, 43 600 euros de la part du conseil régional, et 20 000 euros du département, le duo a pu petit à petit amasser les 100 000 euros nécessaires à l’aménagement d’une véritable salle de spectacle. Et financer notamment l’achat de gradins rétractables, qui offrent 120 places assises.

« Donner leur chance aux jeunes compagnies »

« Il nous faudrait encore 45 000 euros pour mettre en place une billetterie, aménager un bar et apporter quelques éclairages supplémentaires », confie Anne Illamola dans son vieil accent catalan. Pour cela, elle aurait aimé pouvoir compter sur le soutien de la ville et de la communauté d’agglomération. « Nous ne leur avons demandé de participer à hauteur de 10 000 euros chacune, mais nous avons obtenu une réponse négative, à notre grande surprise », déplore l’ancienne élève de Jacques Lecoq.

Face au théâtre de Chelles, doté de moyens importants et conventionné avec le ministère de la Culture, le TAC veut faire valoir sa différence. « Notre idée est de donner une chance aux jeunes compagnies, qui ont un mal fou à tourner mais qui ne possèdent pas moins de talent que les compagnies subventionnées », explique-t-elle, bien placée pour en parler puisqu’elle co-dirige une association chelloise, l’Espace danse, et qu’elle en présidait jusqu’à récemment une autre, la compagnie du Songe d’or. « La situation est si difficile aujourd’hui pour les petites compagnies qu’elles sont dans l’obligation de rembourser les théâtres lorsque le public n’est pas au rendez-vous », déplore-t-elle.

La saison démarre samedi

Le TAC adhère à cet effet au réseau Amacca, l’équivalent dans le secteur culturel de ce que sont les Amap dans le domaine agricole. Par ses cotisations, chaque adhérent participe à la rétribution du régisseur, évitant ainsi aux artistes de mettre eux-mêmes la main à la poche pour s’offrir une représentation. Samedi, le théâtre lance véritablement sa saison avec les Mademoiselles, un duo de comédiennes qui retracent de façon humoristique 300 ans d’évolution du métier d’actrice. Vous pourrez retrouver dans Le Chellois le détail de la programmation tout au long de l’année.

♦ Théâtre alternatif de Chelles. 45, rue Bobby Sands. Tél. : 01 64 21 22 14. Programmation et réservations ici.