Nous sommes le
21 October 2017
videosurveillance

30 nouvelles caméras de surveillance entre 2016 et 2017

Dans le combat que s’est juré de remporter Brice Rabaste (LR) contre la délinquance, la vidéosurveillance tient une place de choix. Loin d’être à ses yeux un simple gadget, elle possède pour le maire de Chelles une « efficacité qui n’est plus à démontrer ».

Protéger les commerces du centre

Cette année, la ville a fait installer une trentaine de caméras aux abords de la gare, dans le centre-ville et le long de l’avenue des Sciences. Brice Rabaste, qui s’est fixé comme objectif d’en fixer 90, souhaite poursuivre leur déploiement pour les deux années à venir. C’est en ce sens qu’il a fait voter une délibération, mardi soir, en conseil municipal.

Cette seconde phase poursuit principalement l’objectif de « surveiller les abords des commerces dans le centre-ville, en particulier les moyennes surfaces, qui constituent une cible de choix ». C’est en ce sens que dix nouvelles caméras seront installées ces prochains mois le long de l’avenue de la Résistance et de l’avenue Foch.

Les lycées et plusieurs collèges équipés

Plusieurs établissements scolaires du secondaire seront également équipés : l’ensemble des lycées publics de la ville, mais aussi les collèges de l’Europe et Gasnier Guy. La mairie a également mis le paquet l’accent sur les entrées et sorties de ville, notamment les quartiers jouxtant Gagny (Seine-Saint-Denis) ainsi que la route de Montfermeil.

Alors que la précédente avait coûté 650 000 euros, cette seconde phase représente un investissement d’un peu plus d’un million d’euros, dont 40 % seront financés par le fonds interministériel de prévention de la délinquance (FIPD).