Nous sommes le
21 October 2017
ecoles

Accueil dans les écoles : la mairie assouplit les règles d’accès

La mise en place la semaine dernière de nouvelles règles d’accès aux écoles primaires et aux accueils de loisirs, dans le cadre d’un plan national de sécurisation des enceintes scolaires après les attentats terroristes de Paris, avaient provoqué un tollé chez les parents d’élèves. La plus décriée de ces mesures consistait à ne permettre l’entrée et la sortie des écoliers que toutes les demi-heures.

Des plages de dix minutes toutes les demi-heures

S’ils arrivaient deux minutes après l’horaire prédéfini, parents et enfants étaient contraints de patienter jusqu’à la tranche suivante. Certains d’entre eux lui reprochaient également de générer d’importants attroupements devant les grilles, ce qui est il est vrai contradictoire avec les nouvelles directives de l’Education Nationale et l’état d’urgence prononcé par le gouvernement.

Il semble que la colère des parents d’élèves ait incité le maire de la ville, Brice Rabaste (LR) à revoir ses plans. En fin de semaine dernière, il a adressé un e-mail aux représentants de parents d’élèves pour leur faire savoir que l’accueil se ferait désormais par période « d’une dizaine de minutes » et que le temps d’attente serait dorénavant réduit à « vingt minutes ». Pour une entrée en centre de loisirs à 7h30, votre enfant pourra entrer en centre de loisirs entre 7h25 et 7h35.

Certains parents restent perplexes

Ces nouvelles consignes, officielles depuis aujourd’hui, auraient en réalité été communiquées aux accueils de loisirs il y a plusieurs jours. Mais leur application serait très variable d’un centre à l’autre. « Vendredi, je suis arrivée à 7h34, ils ont essayé de refuser ma fille. Je leur ai rappelé les consignes du maire et ils se sont excusés », nous confie une maman.

Dans son e-mail, l’édile répond également aux parents dont les enfants participent, le soir, aux études surveillées. Gratuites après la classe, ces plages sont théoriquement facturées au-delà de 18h15. L’absence de sortie organisée entre 18 heures et 18h30 laissait penser aux parents qu’ils devraient régler le quart d’heure supplémentaire de leur poche. « La ville ne [procèdera] pas une à facturation supplémentaire », rassure Brice Rabaste, qui dit compter sur la « compréhension » et la « mobilisation » des Chellois dans les « circonstances graves que connaît notre pays ».