Nous sommes le
11 December 2017
De g. à dr., les élus de Chelles à la région jusqu'en 2021 : Jean-Paul Planchou (PS), Claudine Thomas (LR) et Béatrice Troussard (FN).
De g. à dr., les élus de Chelles à la région jusqu'en 2021 : Jean-Paul Planchou (PS), Claudine Thomas (LR) et Béatrice Troussard (FN).

Ils siègeront tous les trois au conseil régional

S’il ne fait pas partie des prérogatives d’un conseiller régional de prêcher pour sa paroisse, difficile de nier qu’une commune dispose de davantage d’atouts lorsqu’elle est bien représentée à la région. Et s’il suffisait de disposer d’un maximum d’élus pour s’assurer une place au soleil, alors on pourrait dire que Chelles part plus favorisée qu’elle ne l’était lors de la précédente mandature. Au cours des six prochaines années, il seront ainsi trois élus chellois, et non plus deux, à siéger.

Deux d’entre eux connaissent déjà bien la maison. Ils vont cette fois apprendre à apprécier l’envers du décor. Jean-Paul Planchou (PS), ancien vice-président en charge de nombreux porte-feuilles, dont le développement économique, passe dans l’opposition pour son quatrième mandat à la région. Pour celui qui a défendu les projets du groupe de la majorité durant deux mandats, d’autant plus qu’il en a longtemps été le président, se retrouver dans les rangs de ceux qui vont contester les décisions de Valérie Pécresse (LR) lui assure un certain dépaysement.

Et s’il s’était montré plutôt élogieux à l’égard de son adversaire ces dernières semaines, soulignant à plusieurs reprises la qualité de sa campagne, l’ancien maire de Chelles assure qu’il n’y aura au cours des années à venir « aucune complaisance » à attendre de sa part. « Après 17 ans de mandat, je connais les dossiers parfaitement et il ne faudra pas venir me jouer du violon ». Pas question donc pour Jean-Paul Planchou de céder sa place, comme il l’avait fait au lendemain des élections municipales de 2014. « J’aborde ce mandat avec pugnacité et même une certaine gourmandise », indique-t-il.

Pour Claudine Thomas, 5e sur la liste départementale de la droite rassemblée, le cas de figure est inversé. Cantonnée dans les rangs de l’opposition cinq années durant, avec une assiduité toute relative si l’on en croit une enquête de France Télévisions, la sortante ne cache pas son plaisir de se retrouver cette fois « du côté de l’exécutif ». Si Valérie Pécresse lui propose une vice-présidence, elle « en sera honorée mais devra y réfléchir » étant donné les délégations culturelles qui sont les siennes à la mairie et à la communauté d’agglomération, qui lui prennent « déjà beaucoup de temps ».

Le troisième élu en question est une nouvelle venue au conseil régional, à l’image du parti qu’elle incarne. Béatrice Troussard (FN) rejoint l’opposition régionale un peu comme elle avait intégré le conseil municipal, il y a un an et demi : sur la pointe des pieds. Mais si sa discrétion pose parfois question au sein de l’assemblée communale, celle qui fut n°2 sur la liste départementale promet d’être dans un rôle « plus politique ». Elle n’aura aucun mal à le faire, affirme-t-elle, ayant « activement participé à l’élaboration du programme » de Wallerand de Saint-Just durant les régionales.