Nous sommes le
11 December 2017
rabaste_cope_2

Brice Rabaste secondera Jean-François Copé dans les médias

Pour son retour à la scène médiatique, entamé le 26 janvier dernier par la parution d’un livre de propositions et la réception de 57 parlementaires, Jean-François Copé (LR) a décidé de s’appuyer sur l’un de ses points forts : son réseau. Après dix-huit mois de silence, le député-maire de Meaux s’est fixé un objectif : tenter d’inquiéter Nicolas Sarkozy lors de la primaire de novembre.

Pour y parvenir, il a choisi de faire confiance aux plus fidèles de ses fidèles. Les amis de vingt ans, comme la députée Michèle Tabarot, l’Aveyronnais Yves Censi, cofondateur avec lui de Génération France, son « think tank » ou encore Jean-Pierre Lecoq, le maire du 6e arrondissement de Paris.

Mais l’ancien président de l’UMP pourra également compter sur son ancien chef de cabinet. Malgré les éclaboussures provoquées par l’affaire Bygmalion, qui l’ont contraint à la plus grande discrétion durant dix-huit mois, Brice Rabaste a choisi de rester aux côtés de son ancien mentor.

Lorsque Jean-François Copé ne sera pas disponible, le maire de Chelles se chargera d’occuper les caméras, au même titre qu’Hamida Rezeg, porte-parole de Valérie Pécresse durant la campagne pour les régionales. Une ligne de plus, donc, à rajouter à l’emploi du temps déjà fort chargé de Brice Rabaste.