Nous sommes le
22 August 2017
triage_chelles_vaires

Triage : la SNCF et le rectorat se rejettent la responsabilité

L’accident de la gare de triage, qui a abouti à une grave l’électrocution d’un adolescent de 14 ans, dimanche, aurait-il pu être évité ? Alors que le pronostic vital du jeune garçon, dans le coma et dont le corps est brûlé à 58 %, est aujourd’hui engagé, chacun tente de faire émerger les responsabilités.

Un trou béant dans le grillage

Premier élément d’ores et déjà connu : la présence d’un trou dans le grillage, qui ceinture le triage, au niveau du rond-point du centre commercial Terre Ciel. C’est par ce trou que la victime et son camarade ont pu pénétrer dans le site de la SNCF et s’approcher des wagons. La présence de panneaux signalant un danger de mort n’aura pas été suffisante pour stopper leur incursion.

Un autre élément, révélé ce matin par Le Parisien, risque également de faire polémique. Tout au long de l’année, la SNCF dispense des séances de sensibilisation aux dangers des voies ferrées à destination des mineurs. Ces séances sont assurées par des cheminots dans les collèges situés à proximité des installations ferroviaires. Durant l’année scolaire 2014-2015, près de 12 500 jeunes ont ainsi pu disposé de ces informations.

La victime aurait dû être sensibilisée

Problème : aucune formation de ce type n’a été dispensée ces dernières années au collège Beau Soleil, où est scolarisée la victime. Or, l’établissement n’est distant que de 500 mètres, à vol d’oiseau, du triage. Une responsable de la SNCF affirme ainsi avoir fait des « propositions d’intervention » ces trois dernières années à la direction du collège mais n’avoir « jamais eu de réponse ». Le principal se défend en indiquant qu’il n’était pas présent au moment où les demandes ont été formulées.

L’accident semble en tous cas avoir forcé les lenteurs administratives. Une proposition d’intervention, effectuée au lendemain de l’accident, a d’ores et déjà transmise au rectorat de l’académie de Créteil. Au vue des événements, il y a fort à parier qu’elle soit cette fois validée par la direction du collège.